Pour en savoir plus sur mon histoire

Mon parcours jusqu’à l’accompagnement professionnel est fait de détours et d’opportunités, pour finalement me sembler être une évidence aujourd’hui.
Voici les étapes qui m’ont conduite jusqu’ici et ont forgé ma vision du métier que j’exerce aujourd’hui !

L’école

comment mon parcours à forger ma vision de l'accompagnement

On nous demande souvent très jeune ce qu’on veut faire quand on sera grand, sous-entendu, dans quel métier on se projette.

En primaire, je veux être :
1- dessinatrice,
2- écrivaine et dessinatrice (on avait opposé à mon premier choix que le dessin n’était pas un métier, ou si peu),
3- archéologue.

Au collège, un peu plus renseignée sur « les vrais métiers », je me destine à travailler dans la publicité. J’hésite alors entre devenir concepteur-rédacteur ou planneur stratégique.

A la sortie du lycée, je décide finalement que l’univers ultra-concurrentiel de la pub n’est peut-être pas fait pour moi. Après des heures passées au CIO de ma ville, j’écarte la sociologie (pas assez de débouchés me dit-on), et la médiation culturelle (cursus trop récent à l’époque selon mon entourage).
Je me dirige vers des études d’histoire de l’art à la Sorbonne, pour le plaisir.

Pendant mes 5 ans d’études, je découvre les joies du travail en autonomie, de la recherche et de l’écriture, des conversations à bâtons rompus autour de trop nombreux cafés, des manifestations étudiantes.

Et à la même époque, par le biais de stages en galeries d’art, j’ai le plaisir de travailler sur des communiqués de presse et d’accueillir du public, tout en apprenant à faire des trous dans les murs, à manier la scie-cloche et d’autres outils jusque là inconnus !

Les stages

En 2008, mon Master en poche, mon projet professionnel à peine esquissé et l’université n’ouvrant que peu de portes, je rempile un an afin de pouvoir faire des stages et ainsi d’acquérir de l’expérience en communication culturelle. Je découvre le métier d’attachée de presse, puis celui de chargée de communication.

Mais ces stages ne suffisent pas à concurrencer les diplômés d’écoles de communication sur le marché du travail.

Je signe donc pour une période de volontariat civique au sein d’une association qui accueille les étudiants étrangers à Paris. J’anime le site web, supervise l’organisation de voyages et de soirées, découvre les rouages d’une association. Une belle expérience !

Le premier CDI

mon parcours et ma vision : premier CDI

Et puis en 2010, alors que je surveille des examens dans un centre de formation pour arrondir mes fins de mois, on me propose de rejoindre l’équipe à un poste d’assistante de formation en CDI.

J’accepte sans trop hésiter, pour pouvoir payer mon loyer parisien, en me disant que c’est une solution provisoire.

Je découvre alors la formation continue.
VAE, dossiers de financements, OPCAs, CPF, textes de loi et réformes afférentes n’ont plus de secret pour moi.
Je prends plaisir à renseigner les gens, à les aider à s’y retrouver dans les démarches à mener, à les soutenir et à les ressurer dans les moments de doutes.
Et ce que j’aime par dessus tout, c’est les voir évoluer dans leur posture tout au long de la formation !

Je ne renonce pas pour autant à mon projet d’exercer un métier dans la communication. Je crois aujourd’hui pouvoir dire que je voulais surtout exercer un métier « prestigieux » à mes yeux et aux yeux des autres.

Aussi, en 2013 je m’inscris en cours du soir au CNAM pour obtenir une licence en gestion de projet culturel à caractère scientifique et technique, qui, je l’espère, me mènera à un emploi.

Nouvelle période de découverte. J’entre dans le monde de la communication digitale via une nouvelle période de stage, toujours en parallèle de mon CDI. Au programme, couverture d’événements, live-tweet, rencontres d’acteurs de l’écosystème « maker » et « collaboratif ».

Ces rencontres me nourrissent et me passionnent, mais je ne me sens pas encore l’âme d’une entrepreneuse, et trouver un contrat classique pour ce type de prestation me semble relever de l’impossible.

A l’issue de la licence, je suis ravie d’être allée au bout de ces nouveaux apprentissages mais je ne projette pas et ne me démène pas vraiment pour trouver un job dans ce secteur.

La quête du bonheur

mon parcours et ma vision : la quête du bonheur

Alors en 2015, je me lance dans un bilan de compétence.

Tu l’as peut-être déjà compris mais je suis un peu accro à la formation.
Du coup, à ce moment là, j’ai à nouveau envie de me former pour pouvoir évoluer après 5ans passés au même poste.
Je compte sur ce bilan pour me conforter dans mon nouveau choix d’orientation.

Je dois te dire tout de suite que j’ai beaucoup appris sur moi pendant le bilan, mais que je n’ai pas vraiment fait les choses comme il faut.
Par exemple, j’avais une idée précise du résultat que je voulais voir à l’issue du bilan. De ce fait, je n’ai pas bien écouté ma conseillère qui pointait des pistes que je ne souhaitais alors pas investir.
J’étais persuadée d’avoir raison et ça a biaisé l’exercice.

Je conçois donc le projet de devenir chargée d’étude, pour observer et comprendre notre société. Je veux m’essayer à la sociologie que j’avais évincée lors de mes choix d’orientation au lycée. Je suis donc retournée au CNAM. J’y ai suivi les cours d’introduction à la sociologie, aux statistiques, etc. Et puis je me suis dit que ce n’était pas pour moi. A 18ans peut-être mais à 30 ans j’avais envie d’action et pas seulement d’observation !

Retour à la case départ.

La même année, l’ambiance au travail est devenue irrespirable du fait de conflits ouverts entre ma responsable directe et la direction. Je décide de partir au plus vite et de postuler avec mon bagage d’alors.

C’est ainsi que je reprends un poste d’assistante administrative et pédagogique en CDI en 2016. J’intègre alors une école privée en plein développement de son cursus digital.

Mes missions prennent rapidement de l’ampleur. Je me retrouve ainsi seule à gérer les contrats de professionnalisation de 4 écoles implantées à Paris, Nantes, Bordeaux et Aix-en Provence.

Les mots-clés de cette période sont : rigueur, autonomie, adaptabilité, responsabilité.

Ma mission de coeur : l’accompagnement

mon parcours et ma vison : ma mission de coeur

En parallèle de la gestion des contrats pro, je suis également en charge de l’accompagnement à la recherche de stage de nos étudiants parisiens.

Je retrouve dans cette mission le plaisir que j’avais à accompagner des individus dans la construction de leur parcours. J’aime profondément apporter mon aide pour mettre en lumière et valoriser leur compétences.

Je ne parlerais pas de révélation. Il s’agit plutôt de l’impression de voir les pièces d’un puzzle s’emboiter pour constituer l’image finale. Je décide de remettre l’humain au coeur de mon métier.

Ma direction a parfaitement entendu mon nouveau projet professionnel. On m’a proposé d’ajuster mes missions pour me consacrer à l’accompagnement et au suivi de nos étudiants dans leur recherche de stage et d’alternance. Je coordonne également des ateliers leur permettant de développer leur compétences transverses.

Pour consolider mon bagage et forger mon expertise, j’ai pu me former à l’accompagnement aux transitions professionnelles. J’ai ainsi obtenu une certification reconnue, alliant théorie et pratique.

Ma vison et mes valeurs

C’est à l’issue de ce parcours riche en rebondissements et en apprentissages, que je me propose aujourd’hui de t’accompagner dans ton propre cheminement vers une vie professionnelle plus épanouie.

Ce sont tous ces détours et ces changements de cap qui me permettent aujourd’hui de te proposer un accompagnement qui s’adapte à chaque projet, à chaque problématique rencontrée.

Je suis passée par beaucoup d’étapes compliquées, que tu vis peut-être aujourd’hui :
-> les doutes liés au choix d’une nouvelle orientation professionnelle,
-> le murs de certaines de mes croyances limitantes et de celles de mes proches,
-> la recherche de sécurité dans des postes qui ne me correspondaient pas vraiment.

Mais c’est ce qui m’a permis de développer des qualités précieuses :
– > j’ai appris à me remettre en question,
-> j’ai appris que rien ne vaut la mise en pratique pour s’assurer de la pertinence de ses choix,
-> j’ai appris à prendre le temps, sans m’enliser ni agir dans la précipitation.

Aujourd’hui, pour t’aider à trouver ta voie, celle qui te fera vraiment vibrer, je te propose de mettre à ton service :

  • Mon sens de l’écoute et du questionnement pour t’aider dans ta réflexion,
  • Ma bienveillance et mon enthousiasme pour te soutenir dans ton cheminement,
  • Une méthode testée et approuvée pour concrétiser ton projet.

Si tu veux en savoir plus sur mon programme, c’est par ici !

Et si tu souhaites en parler, je te propose qu’on en discute par téléphone ! Tu peux réserver un créneau de 30min gratuit via ce formulaire !

appel découverte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *